aphorismes

idées courtes #6

 

Chaque matin, l’œil doit reprendre pied dans la toile.

*

L’atelier comme une fabrique de silence.

*

Viens de terminer un dessin au brou de mémoire.

*

Peindre, donc renoncer.

*

Il faut chaque jour aller à l’atelier, n’est-ce pas ? Même pour y faire semblant.

*

On parle de lui parce qu’il expose. On ne parle pas de ce qu’il expose. Mauvais signe.

*

Œil voit, cerveau regarde. Main suit.

*

Quand un faux-cul s’assoit à ma table, je lui propose une fausse chaise.

Magnifique sensation de poser le pinceau sur un germe d’ idée.

*

On n’est pas artiste intentionnellement.

*

Récolté de nombreuses réactions après les portes ouvertes organisées récemment chez des artistes, associés pour l’occasion. Les visiteurs sont unanimes : ce T., quel magnifique atelier il a !

Oui, mais rien sur sa peinture.

*

L’autre soir, dîner en société, fort obligé. Je crois m’être assis sur une fausse chaise.

*

Gris de Payne et rouge de malheur.

*

Peut-être s’agit-il simplement de poser la couleur sur l’instant pour le révéler, d’arrêter l’œil sur le temps pour le représenter,

d’observer le silence pour le peindre

et en offrir l’image à nos absents.

*

La copie d’une toile n’apprendra rien sur le chemin parcouru par le peintre pour atteindre  la surface.

*

Assurément dubitatif .

*

Aucune peinture n’est assez opaque pour recouvrir les catastrophes.

Did you like this? Share it!