écrits d’artiste

C’est à dire

Coupés du bleu brûlant d’un sable Vert-gris sonore ou froissé, orangé moite, noir d’or, pourquoi pas Viendront si l’on veut Là où l’on n’attendait personne Un violet liquide puis parfumé, une ocre ventée d’airs lointains, un rouge tiré au clair, sabré, coulant sur le dos, fait mine de ne pas savoir La brèche Mauvaise vie d’artiste ou vie d’artiste mauvais, […]
Lire la suite

Bois debout

  Belle contradiction faisant mystère que je ne me lasserai pas de fréquenter du regard : haute et droite dans l’espace,  la sentinelle flottée gardienne des souvenirs indéchirables, désormais debout et tranquille,  portant au ventre l’enveloppe des gonflements fracassés de la mer en humeur mauvaise, l’écume aux lèvres des houles, veille au grain calme, apaisant les mémoires ventées de son […]
Lire la suite

Deux poids, deux mesures

Il n’aura pas fait de bruit, même en partant. La presse est jusqu’à maintenant plutôt avare d’articles sur ce grand artiste silencieux qu’était Fred Deux. Elle préfère titrer gros sur Kapoor, ses provocations et ses revirements, ce que ses provocations provoquent, etc. Et puis il est à  Versailles, au grand jour, pas au fin profond du pays, comme du côté […]
Lire la suite

Meilleur vœu

  Voir et comprendre pour aussitôt perdre et se perdre, sentir, ressentir, pressentir, sans jamais tout à fait assentir, discerner, goûter, réfléchir, penser surtout inventer d’après les autres et le monde autour, pour être soi mais seul donc vivant et transmettre   pour nous entourer, nous chercher, nous ouvrir et ne pas nous trouver, surtout pas   résister, parfois fuir […]
Lire la suite

Non-lieux

  Impossible et calme (détail)  encre et huile sur papier de riz marouflé sur toile, 2014 Y a-t-il lieu de peindre des paysages du fond de soi, endroits de mémoire marqués au fer par en-dedans, fixés où toujours flotteront souvenirs, assez amers pour guider un peintre perdu (oui, je sais : pléonasme), errant parmi les formes dans le grain de […]
Lire la suite

esquisse perdue

  Fusain putain n’embrasse pas, ne reste pas, magnifique sur le coup du plaisir suit fusain suie sale crisse baguette et casse et tombe poussière s’accroche tant bien que mal au vergé pâlit sous le souffle doigts n’y font rien brumeux sous la chiffe tout fusain de suite. Sortie des réserves : molle matière grise voudrait éclairer les oublis mais […]
Lire la suite

le contre et le contre

  “Une seule issue : parler contre les paroles… Il n’y a point d’autre raison d’écrire”  (Francis Ponge)     Peindre contre l’ombre seule l’oubli, évidemment le froid des yeux la peur du blanc puis celle du plein la paresse et la foule les feux mal éteints et la cendre froide Peindre contre l’habitude insoutenable contre les questions qui reviennent […]
Lire la suite

Sous les yeux

 Dedans. La pensée insaisissable, celle qui passe  insolemment du vacarme au fracas, qui se perd dans l’effroyable confusion des temps, qui glisse sans prévenir du silence d’aujourd’hui aux hurlements d’hier, la pensée qui tente au même moment de se faufiler vers un avenir vague et tremblant à la teinte aussi incertaine que les gris des brumes d’hiver, celle qui cherche […]
Lire la suite

Le jour d’à côté

  Un jour,  j’entrai dans l’atelier vers 9 h et en ressortis dix heures plus tard. La veille, je n’y avais fait que de la figuration, acte de  présence insensible, avec des  tentatives répétées et vite avortées pour écrire quelques encres, composer et tacher quelques papiers. Entrer, sortir, revenir, repartir, faute de mieux.  Travail aussi décousu que celui des 363 […]
Lire la suite

Double sens

Vers l’avant encre sur papier de riz marouflé sur carton marouflé sur toile. Env 40 x 30 cm, 2011 Pour que la peinture retrouve sa place, son évidence, sa fluidité dans mon temps personnel, il me faut aller vers l’avant. C’est-à-dire autant vers des projets que vers des souvenirs. Aller vers l’avant, c’est à la fois se retourner, regarder la […]
Lire la suite