humeur

(Mauvaise) note de lecture

Térébenthine de Carole Fives (Ed. Gallimard) : évidemment, quand j’ai lu dans la récente parution de Télérama une critique parlant d’un roman enthousiasmant qui évoquait le bannissement de la peinture de l’école des Beaux-Arts, qu’il y était question de création, de liberté, d’indépendance, de la résistance des artistes, évidemment je suis allé l’acheter. Évidemment je l’ai lu aussitôt. Les textes […]
Lire la suite

Champ lexical

Ne pas Zone rouge Guerre Nouveau décret Obligatoire Siège condamné Restez chez vous Ne pas dépasser Impérieux Interdit Limité Ne pas Personnes fragiles Décision gouvernementale Sortez masqués Lavez-vous les mains Applaudissez Épidémie Éloignez-vous des autres Contravention Prenez-soin de vous Pas d’embrassades 1 km maximum 1 mètre minimum Sujets contacts Décision préfectorale Uniquement Contrôles N’accompagnez pas vos malades N’enterrez pas vos […]
Lire la suite

Peinture-performance, du vent dans les toiles

Performance, dit-on. Un évènement, dit-on. Un peintre devant le public convié engage une toile. Le public réagit : ébahi, soufflé, bouche bée. La peinture comme un spectacle. Le public applaudit. Le mensonge du geste, l’artifice devant l’assistance. Rien ne va. La peinture est un acte solitaire, isolé, précaire, et par nature voué à l’échec. La véritable performance serait de le montrer. […]
Lire la suite

En effet

N’oublie-t-on pas trop souvent que le sujet d’une œuvre, c’est son auteur, et non le procédé qu’il emploie ? C’est ce qui se dira ici : que ni l’effet ni la démonstration de l’effet ne font une œuvre. Tout au plus une image. Je nomme l’effet l’impression donnée par ce qui couvre la surface, ce qui l’habille, par le comportement de la […]
Lire la suite

Au Havre, c’est Van Gogh qu’on assassine

On nous annonce à grands frais une exposition estivale « immersive » sur Van Gogh, une « expérience sensorielle », quelques  mois après la détestable proposition de l’Atelier des Lumières consacrée à Klimt, qui employait déjà le même vocabulaire, fort à la mode. Il s’agit en effet de nous faire entrer tout entier dans l’œuvre du peintre mais sans nous […]
Lire la suite

Objection de culture

Coïncidence : mes lectures me portent en même temps vers Asphyxiante culture de Jean Dubuffet et Marcher jusqu’au soir, dernière livraison de Lydie Salvayre. Coïncidence élargie ? Je goûte ces deux textes au moment même où mes énervements me portent une fois de plus vers l’envahissement croissant d’évènements (dits) culturels officiels, qui m’apparaissent en réalité comme le détournement de la véritable pensée […]
Lire la suite

Situation critique #2

(Mise à jour de l’article paru le 27 janvier 2010)   Cela ne se fait pas, mais alors pas du tout : des gens qui n’ont sans doute jamais hésité à critiquer un film ou un livre qu’ils n’ont pas aimé, un gouvernement de l’autre côté de leurs idées ou un restaurant qu’ils n’ont pas apprécié, ne supportent pas que […]
Lire la suite

Ne dites pas à ma mère que j’expose à ce salon, elle croit que je vends des pneus pour les poids lourds

« En dépaysant les œuvres d’art, on les altère ; en les entassant, on les déprécie. Belles dans leur cadre original, elles deviennent insignifiantes et vulgaires dans la promiscuité des salles de musées où, trop nombreuses, elles s’étouffent ». Louis Réau, 1909   Cette invitation à exposer une toile dans ce salon, je l’ai reçue initialement comme une marque de considération pour […]
Lire la suite

Tal Coat, ou le chemin sans issue

Le musée de Pont Aven a la réputation de faire un beau travail de réhabilitation d’artistes ayant eu un rapport avec la région, soit par des attaches, de près ou de loin, dans le temps ou dans l’espace, soit qu’ils aient frayé avec la fameuse École. L’exposition qui vient d’ouvrir, consacrée à Tal Coat, natif d’un bourg voisin, aimerait nous […]
Lire la suite

Un peu de silence

  Deux mois sans article, le blog serait-il mort, ou alors son auteur ? Mais non (n’en déplaise à certains), celui-ci bouge encore. Il bouge tellement que son temps d’écriture s’est réduit à peau de chagrin. D’ailleurs il en pleure. Mais il fallait vivre dans l’atelier, à inachever des toiles qui seront montrées bientôt au regard le plus offrant. Autrement […]
Lire la suite