idées courtes

Contribution citoyenne

Si l’on applique les pourcentages des résultats du dernier vote (premier tour des présidentielles de 2012) à la communauté des artistes, on comprend mieux pourquoi l’art semble tellement malade.
*
Les créateurs et leurs œuvres s’enrichissent des frontières traversées, des mariages mixtes et de couleurs mélangées. Certains projets politiques sont donc inenvisageables, à moins bien sûr de souhaiter la fin de l’art.
*
Les ministres de la culture ne se prennent-ils pas pour Ministre des Arts ?
*
Magnifique titre honorifique (ou horrifique, c’est selon) que celui de Peintre des Armées. A quand celui de Peintre de l’Etat ?
*
Un ministre de tutelle ? Très peu pour moi, dit l’artiste.
*
Vulgaire décomplexé, des fautes à chaque expression, racoleur et plein de tics, agressif autant que satisfait, démesurément arriviste, montrant ostensiblement son goût pour l’argent, capable pour arriver à ses fins de se fourvoyer dans des terrains peu recommandables.
C’est ainsi que j’ai ressenti le travail de quelques artistes aperçus dans de récents salons.

Did you like this? Share it!